Le plaisir n’est pas genré

La jouissance est non genrée, unisexe, asexuée, antisexiste.
Il existe deux types de corps humains.

La jouissance est :

– non genrée

– unisexe

– asexuée

– antisexiste

Il existe deux types de corps humains :

  • le genre dit “masculin” avec un pénis et des parties génitales externes.
  • et le genre dit “féminin” avec des ovaires, des seins et une vulve.

Définition qui nous réduit à notre capacité de reproduction.

🤨

Ne nous arrêtons pas là, nous pouvons aller plus loin.

Ce n’est pas notre genre qui nous donne nos capacités, nos perceptions, notre force physique, notre intelligence ou encore notre sourire.

Nous pouvons prendre du recul et avoir un esprit critique sur la bipolarité des genres. Nous avons tous des côtés sexuels et intimes asexués.

Je suis une femme. J’ai des côtés masculins. J’ai de la testostérone. Et j’ai des oetrogènes. J’en suis fière. Je les aime. Je me sens femme (dans ma définition de femme), grandement, abondamment et foncièrement. Je suis une femme et j’ai des couilles, j’aime voir le corps des femmes et le corps des hommes.

Ça ne fait pas de moi une bi-sexuelle. Ça ne définit pas mon plaisir ou mon orientation sexuelle.

Je suis attirée par les personnes avec qui je peux avoir un échange, avec lesquels je peux voir une vraie empathie et un amour de la vie. J’aime inconditionnellement, hommes et femmes. J’aime avoir des rapports sexuels avec l’Homme, avec un grand H comme on dit (en l’occurrence avec mon mec). Le corps de l’homme, la pilosité, la verge, les testicules, le plaisir d’un autre corps et de la découverte. Les hommes me font vibrer.

Je ne suis pas attirée sexuellement par le corps des femmes, je les trouve belles, magnifiques. Et je ne veux pas les toucher. C’est comme ça. Ça ne m’attire pas. Ce n’est pas normé, ce n’est pas social, c’est conventionnel mais je m’en tape. Je ne sais pas si demain ça changera. Je ne sais pas comment je vais évoluer.

J’aime l’homme, dans toute sa splendeur, la barbe, les yeux, la voix grave, la grandeur j’aime ce côté physique. J’aime aussi le côté sensible, à l’écoute de ses besoins, l’acceptation de ses défauts et les émotions que l’on est capable de comprendre sans se le dire.

Et je retrouve des parties de cette attirance envers tous les genres finalement, dès que ça parle « grave », ou que je sens un rire puissant et une belle carure, je trouce ça beau.

Je suis homme et femme. Je suis une femme car j’ai des ovaires et une vulve. Mais je suis un homme parce que j’ai une voix grave et que j’ai un côté mâle.

Chacun est libre d’aimer le « non-genre » qui lui convient.

Tu peux prendre du plaisir à la pénétration anale sans être homosexuel, et tu peux ne pas être fan de la pénétration en étant hétérosexuel.

Et je passe toutes les autres attirances qui ne sont pas liées au physique.Ton plaisir n’est pas associé à ton genre ou à ton orientation sexuelle